Politiques

04 mars 2021

Demandes budgétaires du Bloc Québécois : Pour une vraie relance

Demandes budgétaires du Bloc Québécois : Pour une vraie relance

Le député de Beloeil-Chambly, Yves-François Blanchet, a présenté les demandes du parti au terme d’une consultation virtuelle qui les a néanmoinsmenés aux quatre coins du Québec auprès de nombreux secteurs d’activité économique. Pour le Bloc Québécois, ce budget doit être celui de la fin de pandémie, mais aussi, et surtout celui de la relance de l’activité économique au Québec, surtout des petites entreprises à propriété locale qui sont le visage économique de nos communautés.D’entrée de jeu, Yves-François Blanchet réitère que le Bloc Québécois ne pourra donner son soutien au budget si le traitement réservé aux aînés et les transferts en santé ne sont pas traités de façon acceptable dans le premier budget Freeland : « Ce sont des demandes que notre formation politique porte avec insistance et avec l’appui du Québec : 110$ par mois deplus pour les aînés dont le pouvoir d’achat recule, ce qui en plus nuit à l’économie des régions, et la demande du Québec et des provinces que soit portée à 35%, immédiatement et sans condition, la participation fédérale dans les coûts du système de santé. Ce sont nos conditions et elles sont connues depuis la campagne de 2019 et répétées lors de la publication de notre plan de relance. » Le Bloc Québécois réitère aussi que plusieurs secteurs agricoles sous gestion de l’offre ne sont pas couverts par les compensations et que toujours rien n’est annoncé en réponse aux pertes encourues par les producteurs en raison de la signature de l’ACEUM. Le parti s’inquiète aussi de la transmission d’une génération à la suivante des entreprises agricoles au détriment d’une relève abandonnée par le fédéral.Yves-François Blanchet saisit l’occasion pour rappeler trois thèmes importants que la vérificatrice générale a soulevés et qui exigent l’attention immédiate du gouvernement : le scandale qui se révèle de plus en plus dans l’octroi des contrats dans le cadre de la Stratégie nationale de construction navale, toujours au détriment de la Davie de Québec, la promesserompue d’acheminer l’eau potable au robinet dans toutes les communautés autochtones et la négligence grave du fédéral dans la mise à niveau de la sécurité dans le secteur du transport ferroviaire.« On nous avait promis que tout serait réglé en mars 2021 pour les communautés autochtones et on en est loin, très loin, rappelle le député de Beloeil-Chambly. C’est pourtant, pour ces communautés-là, un drame sanitaire qui mérite aussi toute l’attention du fédéral. De mêmepour la Davie : c’est le seul chantier qui est capable de livrer les navires, qui respecte les budgets et qui respecte les délais, et c’est le seul qu’on écarte systématiquement. Il faut corriger cette grave et coûteuse injustice. »Enfin, le Bloc Québécois exprime le désir que les investissements que le gouvernement annoncera – littéralement des dizaines de milliards de dollars - jettent les bases d’une véritable relance de la création de richesse sans retomber dans l’économie du pétrole du siècle dernier, et toujours au détriment du Québec, de l’aéronautique, de l’énergie verte et de la foresterie.« Les régions du Québec, les ressources naturelles du Québec, la recherche, le génie et l’innovation du Québec, l’énergie propre du Québec, ce sont les bases de la relance. C’est là que l’argent doit aller! », a conclu M. Blanchet.

22 février 2021

COLLECTES DES MATIÈRES RÉSIDUELLES À DOMICILE Rappel des consignes en période hivernale

COLLECTES DES MATIÈRES RÉSIDUELLES À DOMICILE Rappel des consignes en période hivernale

Afin de faciliter les opérations de déneigement ainsi que la circulation des automobilistes et des piétons, la Ville de Saint-Basile-le-Grand demande la collaboration des citoyens afin que les bacs des diverses collectes de matières résiduelles demeurent accessibles pour les manœuvres des collectes automatisées, peu importe les conditions météorologiques.Été comme hiver, les bacs doivent être placés en bordure de la propriété avant 7 h le jour de la collecte seulement, en respectant un dégagement d’un mètre de tout autre élément en place (voiture, poteau, autre bac, etc.). Également, en plaçant vos bacs sur votre propriété (entrée privée) et en évitant les infrastructures publiques comme les trottoirs, les pistes cyclables et les rues, les risques que ceux-ci soient brisés ou frappés lors des opérations de déneigement diminuent grandement. Il est à noter que les bacs roulants ne seront pas ramassés s’ils ne sont pas dégagés de la neige.Pour en savoir plus sur les collectes et dépôts, visitez le villesblg.ca/tri ou joignez le Service des travaux publics par téléphone au 450 461-8000, poste 8300, ou par courriel à tp@villesblg.ca.

20 février 2021

Le député de Borduas annonce plus de 260 000 $ pour développer le transport actif dans la ville de Mont-Saint-Hilaire

Le député de Borduas annonce plus de 260 000 $ pour développer le transport actif dans la ville de Mont-Saint-Hilaire

Le ministre responsable de la région de la Montérégie et député deBorduas, M. Simon Jolin-Barrette, au nom du ministre des Transports et ministre responsable de la région de l’Estrie, M. François Bonnardel, annonce l'octroi d'une aide financière de 261 589 $ à la ville de Mont-Saint-Hilaire pour la mise en place d’infrastructures de transports favorisant les déplacements efficaces, non polluants et la mobilité durable.Cette somme permettra la construction d'une piste multifonction et cyclable de 0,7 km sur la rue Radisson - Secteur route 116. La nouvelle infrastructure vise notamment à faciliter l'accès aux services et commerces situés sur les boulevards Sir-Wilfrid-Laurier (route 116) et Honorius Charbonneau.Pour les années de 2019 à 2021 ce sont près de 33 M$ qui ont été accordés pour la réalisation de plus de 140 projets de transport actif par le gouvernement. De nombreuses pistes cyclables pourront ainsi voir le jour partout au Québec.Citations« Notre gouvernement est fier de contribuer au développement de nouvelles infrastructures qui bénéficieront à l’ensemble de la population. Je suis certain que cet investissement encouragera plusieurs Québécois à adopter des modes de transports plus actifs et cela aura des impacts favorables sur la qualité de vie de la population ».François Bonnardel, ministre des Transports et ministre responsable de la région de l’Estrie« L'ajout de cette nouvelle piste multifonction et cyclable représente une bonne nouvelle pour les citoyens et familles de la région de la Vallée-du-Richelieu. Les marcheurs, les coureurs et les cyclistes bénéficieront, grâce à ce projet, d'un accès simple, rapide et surtout plus sécuritaire au boulevard Sir-Wilfrid-Laurier à Mont-Saint-Hilaire. En plus de favoriser encore davantage le transport actif, cet investissement contribue à promouvoir les saines habitudes de vie. »Simon Jolin-Barrette, député de Borduas et ministre responsable de la Montérégie.Faits saillants• Cette aide financière est accordée dans le cadre du Programme d’aide financière au développement des transports actifs dans les périmètres urbains (TAPU).• Le TAPU vise à accroître la part modale des déplacements actifs en milieu urbain et à réduire les émissions de gaz à effet de serre associées aux déplacements des personnes.• Ce programme est doté d’une enveloppe budgétaire de 56 M$ jusqu’au 31 mars 2022. Il a pour objectifs de :o développer et améliorer des réseaux piétonniers et cyclables efficaces,sécuritaires, concurrentiels et complémentaires par rapport aux autres modes de transport en milieu urbain;o améliorer la sécurité et la quiétude des piétons et des cyclistes afin de favoriser la marche et le vélo.• Il est en lien direct avec la Politique de mobilité durable - 2030 notamment dans le cadre d’intervention du soutien aux municipalités dans l’adaptation des infrastructures de transport en milieu urbanisé au profit des transports actifs.Liens connexesProgramme d’aide financière au développement des transports actifs dans les périmètres urbainsSuivez-nous sur Twitter et sur Facebook

03 mars 2021

Programme Action Aînés du Québec 40 295 $ pour soutenir le développement d’activités destinées aux aînés

Programme Action Aînés du Québec 40 295 $ pour soutenir le développement d’activités destinées aux aînés

Le ministre de la Justice, ministre responsable de la Montérégie et députéde Borduas, Simon Jolin-Barrette, annonce au nom de la ministre responsable des Aînés et desProches aidants, Marguerite Blais, qu’à la suite de l’appel de projets 2020-2021 dans le cadre dunouveau Programme Action Aînés du Québec (PAAQ), un financement de 40 295 $ a été accordéà la Maison de la Famille de la Vallée du Richelieu pour la réalisation d’activités destinées auxaînés.Cette somme a notamment permis la création d'un poste d'intervenante pour les personnes prochesaidantes et les aînés. Cette nouvelle intervenante offrira entre autres du soutien et del'accompagnement aux aînés en perte d’autonomie ainsi que des rencontres à domicile afin debriser l'isolement.Lancé en septembre dernier, le PAAQ est un programme de soutien financier aux organismespouvant contribuer à la pérennité de leurs activités destinées aux aînés, grâce à l’embauche deressources humaines et à l’acquisition du matériel ou de l’équipement nécessaires à la réalisationde ces activités. Les activités soutenues doivent encourager la solidarité intergénérationnelle, lavalorisation des aînés, leur participation sociale ou leur maintien dans leur communauté en toutesécurité.Citations :« Le contexte de la pandémie nous démontre une fois de plus toute l’importance de se donner lesmoyens pour mieux prendre soin de nos aînés. Chaque jour, des organismes d’ici, engagés auprèsdes personnes âgées, œuvrent afin de proposer des activités variées qui contribuent à briser leurisolement et à les maintenir actifs, au sein de leur communauté. »Marguerite Blais, ministre responsable des Aînés et des Proches aidants« L’isolement peut être difficile à surmonter pour chacun d’entre nous dans le contexte de lapandémie. La création d’un nouveau poste d’intervenante représente donc une très bonne nouvellepour les personnes aînées de notre région qui pourront ainsi bénéficier de services etd’accompagnement à domicile notamment. Le travail de la Maison de la Famille de la Vallée-duRichelieu est essentiel, d’autant plus durant la crise sanitaire que nous traversons. Je tiensd’ailleurs à remercier chacun des intervenants qui œuvrent au sein de l’organisme et qui contribuentau bien-être des aînés de notre communauté. »Simon Jolin-Barrette, ministre de la Justice, ministre responsable de la Montérégie et député deBorduasFaits saillants :Soulignons que dans l’ensemble du Québec, 105 demandes ont été retenues et se partageront unmontant total de 3 330 092 $.Rappelons que l’appel de projets s’est déroulé du 10 septembre au 28 octobre 2020. L’aidefinancière maximale autorisée par ce programme est de 45 000 $, dont un maximum de 20 000 $est autorisé pour l’acquisition de matériel ou d’équipement essentiels au déroulement des activités.L’aide est accordée pour une période maximale de 12 mois.La mise en œuvre du Programme Actions Aînés du Québec est l’une des mesures prévues au Pland’action 2018-2023 découlant de la politique gouvernementale Vieillir et vivre ensemble, chez soi,dans sa communauté, au Québec pour soutenir les organismes engagés auprès des aînés.Lien connexe :Pour en savoir davantage ou pour consulter la liste des projets financés pour l’année 2020-2021 :Programme Action Aînés du Québec

22 février 2021

Intention de réforme de la Loi sur les langues officielles : « On ne sauvera le français ni au Québec ni au Canada avec ça » - Yves-François Blanchet

Intention de réforme de la Loi sur les langues officielles : « On ne sauvera le français ni au Québec ni au Canada avec ça » - Yves-François Blanchet

Le député de Beloeil-Chambly, Yves-François Blanchet a réagi à l’énoncé d’intention du gouvernement libéral prétendant soutenir le français au Québec et au Canada, dont il admet la précarité. D’entrée de jeu, le Bloc Québécois souligne d’une part qu’il s’agit d’un document qui offre bien peu de substance, qui ne présente que des intentions. Il apparaît évident qu’elles ne seront pas mises en œuvre avant de probables élections, et que même si elles étaient appliquées et sans être mauvaises en soi, les mesuresvaguement présentées ne ralentiront pas le recul du français ni au Québec ni au Canada.« La ministre s’est prêtée à un exercice de relations publiques visant à faire croire aux francophones du Canada comme aux Québécois qu’un « coup de barre » allait être donné en matière de protection du français. Toutefois, je l’accueille avec enthousiasme, ce document : il permet de débattre de langue, ce que le gouvernement Trudeau évite en général », a déclaré Yves-François Blanchet.Ainsi, sur les principales mesures annoncées :• En ce qui a trait à l’application de la Charte de la langue française au Québec aux institutions sous juridiction fédérale, le Bloc Québécois insiste : le fédéral n’a pas à réinventer ce qui existe déjà. Il n’a qu’à l’appliquer. Il serait en outre dommageable que l’application de telles mesures au Québec soit assujettie au rythme de leur contrepartie au Canada;• Le Bloc Québécois accueille de façon positive l’obligation de bilinguisme pour les juges, mais il s’agit d’une mesure minimale sur laquelle le gouvernement Trudeau tergiverse depuis 2016.;• Nous savons peu de choses des mesures destinées à rendre plus bilingue la fonction publique fédérale, mais les incitatifs ne sauraient suffire, les données suggérant même que les francophones hésitent à faire autre chose que passer à l’anglais en présence d’autres fonctionnaires anglophones;• Le bassin d’immigration francophone n’est pas suffisant pour satisfaire les attentes du Québec à cet égard, et donc pas davantage ceux de la ministre pour l’ensemble du Canada. Il y a en outre peu de raisons de croire que si les communautés francophones et acadiennes du Canada peinent à préserver leur nombre et leur poids démographique, elles parviendront à éviter l’anglicisation progressive d’une telle immigration. La solution est davantage dans l’intégration d’immigrants de toutes origines par des mesures fortes dont il reviendra aux francophones et aux Acadiens du Canada de décider. Quant au Québec, il doit avoir la seule maîtrise d’œuvre en matière linguistique et d’intégration des immigrants sur son territoire.Dans cet esprit, le Bloc Québécois a présenté trois projets de loi importants qui vont dans le sens d’une habilitation exclusive du Québec en matière de langue et d’accueil des immigrants :• L’application de la Charte de la langue française (loi 101) aux institutions sous juridiction fédérale;• La nécessité de connaître minimalement le français pour faire une demande de citoyenneté à partir du Québec;• La soustraction du Québec à l’application de la doctrine multiculturaliste canadienne.Ce qui serait plus utile encore, ce serait que le gouvernement du Canada s’abstienne de soutenir les démarches devant les tribunaux pour affaiblir l’application de la Charte de la langue française au Québec et reconnaisse que le Québec dispose des outils et juridictions pour assurer le dynamisme du français sur son territoire.Le gouvernement du Québec a d’ailleurs fait connaître ses demandes dans le cadre de la révision de la Loi sur les langues officielles (LLO), notamment :• La préséance de la juridiction québécoise en matière linguistique;• La reconnaissance que la langue française est la seule langue officielle en situation de précarité;• Et évidemment, de concert avec un vote unanime de l’Assemblée nationale et l’appui de tous les anciens premiers ministres et de l’ancienne première ministre du Québec, l’application de la Charte de la langue française aux institutions sous juridiction fédérale au Québec.Quoiqu’on en dise au cours de la tournée promotionnelle sur les intentions fédérales en matière linguistique, le document de la ministre Joly est un soufflet au visage du Québec. Le Québec ne jouira d’aucune reconnaissance particulière ni d’aucune juridiction exclusive en matière de langues et au mieux s’inspirera-t-on de la loi 101 pour mettre en place de possiblesmesures pour inciter à la francisation dans les institutions de juridiction fédérale au Canada.Tout est refusé.« Le document de madame Joly est la preuve que le Québec doit avoir la maîtrise d’œuvre exclusive en matière linguistique sur son territoire. Avec cet énoncé d’intention, on voit que le Québec devrait s’ajuster au rythme du Canada avec des mesures qui ne doivent pas trop heurter les provinces canadiennes », explique le député de Beloeil-Chambly.Yves-François Blanchet conclut ainsi : « La réalité linguistique du Canada ne lui permet pas d’intervenir avec la fermeté que commande le recul du français tant au Québec qu’au Canada. Les mesures envisagées par la ministre sont valables, mais insuffisantes et ne verront pas lejour avant les élections. Il n’y a, dans ce document, absolument aucune raison pour que les Québécois confient la protection du français au gouvernement de Justin Trudeau. Il y a aussi toutes les raisons pour que le Québec et le Bloc Québécois demeurent un appui essentiel auxcommunautés francophones et acadiennes du Canada dont le repli ne sera pas ralenti par les propositions de madame Joly. »

01 février 2021

Charte des régions Lancement des consultations régionales REDONNONS-NOUS LE DROIT DE RÊVER !

Charte des régions  Lancement des consultations régionales    REDONNONS-NOUS LE DROIT DE RÊVER !

La cheffe du Parti libéral du Québec et porte-parole responsable de la Charte des régions, madame Dominique Anglade, est fière d’annoncer la tenue d’une vaste tournée de consultations régionales virtuelles pour bâtir avec tous les Québécoises et les Québécois une Charte des régions à leur image et basée sur chacune des particularités de notre vaste territoire. Non partisanes et gratuites, ces consultations virtuelles débuteront le 23 février prochain et se poursuivront jusqu’au printemps 2021 pour entendre toutes nos régions. « Les prochains mois seront importants pour le Parti libéral du Québec. Avec ces consultations régionales virtuelles, nous voulons penser ensemble au Québec que nous voulons, développer de manière durable et inclusive chacune de nos régions et nous redonner le droit de rêver. De l’éducation à la santé, de la mobilité à la fiscalité, de l’environnement à l’économie inclusive et durable, ces consultations nous permettront de bâtir une Charte des régions forte, à notre image et qui répondra aux enjeux de toutes les Québécoises et de tous les Québécois. C’est pourquoi nous avons besoin de vous, de vos idées et de votre vision. Je suis convaincue qu’avec la Charte, chacune de nos régions sera capable d’atteindre son plein potentiel et que collectivement, nous irons plus loin. Ensemble, donnons-nous une Charte qui répondra à nos attentes et à nos réalités régionales. La parole est à vous ! »- Dominique Anglade, cheffe du Parti libéral du Québec et porte-parole responsable de la Charte des régions Rappelons que la Charte des régions n’est pas un élément nouveau dans le paysage politique. Dominique Anglade en parlait déjà lors de la course à la chefferie du Parti libéral du Québec et c’est à ce moment qu’elle avait fait la promesse de bâtir rapidement avec les Québécoises et les Québécois cette charte rassembleuse. Pour participer à la consultation dans votre région  www.chartedesregions.quebecVoir l’annexe 1 pour les dates des consultations.

25 février 2021

Motion du Bloc Québécois : Mieux soutenir les aînés en temps de pandémie… et après

Motion du Bloc Québécois : Mieux soutenir les aînés en temps de pandémie… et après

Le député de la circonscription de Beloeil-Chambly,Yves-François Blanchet, a annoncé que le parti déposera aujourd’hui une motion afin de coaliser l’appui de la Chambre des communes en faveur d’une augmentation de 110 $ par mois de la pension de vieillesse pour les 65 ans et plus.« Les aînés sont les plus touchés par la pandémie et les moins adéquatement soutenus. Nous avons un devoir de reconnaissance et de solidarité envers les bâtisseuses et les bâtisseurs du Québec. Nous avons également le devoir de corriger la diminution de leur pouvoir d’achat, quiposait déjà problème avant la pandémie et qui s’accentue durant cette crise qui s’étire à cause des retards fédéraux en approvisionnement de vaccins. La maigre aide financière débloquée cet été ne suffit pas : le gouvernement fédéral doit augmenter durablement la pension de vieillesse de 110$ par mois dès 65 ans », a fait valoir M. Blanchet.Le Bloc Québécois invite tous les partis présents à la Chambre des communes à se rallier à la motion présentée par sa porte-parole au dossier des aînés, Andréanne Larouche:« Que la Chambre : a) constate que les aînés ont été les plus directement affectés par la pandémie de la COVID-19; b) rappelle que trop d’aînés vivent dans la précarité financière; c) souligne la dette collective que nous avons à l’égard de celles et ceux qui ont bâti tant le Québec que le Canada; d) demande au gouvernement d’augmenter dès le prochain budget la pension de la sécurité de la vieillesse de 110 dollars par mois pour les 65 ans et plus. »À la suite de la pression constante du Bloc Québécois, le gouvernement avait versé une aide ponctuelle de 300 $ en juillet, bonifiée de 200 $ pour ceux qui touchent le Supplément de revenu garanti. Le Bloc estime que ce maigre paiement unique ne couvre pas la hausse des prix à la consommation durant la pandémie et n’indemnise pas les aînés pour le drame qu’ils subissent. En campagne électorale, les libéraux avaient promis d’augmenter la pension devieillesse, mais d’un montant moindre et seulement pour les 75 ans et plus.« Il y a une accentuation des difficultés financières des aînés qui s’ajoute au fait qu’ils sont les principales victimes du virus, les plus susceptibles de voir leur santé mentale décliner, les plus isolés par les mesures sanitaires. Tous les partis doivent démontrer leur soutien aux aînés et refuser la création de deux classes d’aînés comme le proposent les libéraux. On a une dettecollective à l’égard de nos aînés. Aujourd’hui, plus que jamais, ils ont besoin de nous », a conclu Yves-François Blanchet.

22 février 2021

Programme Action Aînés du Québec 48 042 $ pour soutenir le développement d’activités destinées aux aînés

Programme Action Aînés du Québec 48 042 $ pour soutenir le développement d’activités destinées aux aînés

Le ministre de l’Éducation et député de Chambly, Jean-FrançoisRoberge, annonce au nom de la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais, qu’à la suite de l’appel de projets 2020-2021 dans le cadre du nouveau Programme Action Aînés du Québec (PAAQ), un financement de 48 042 $ a été accordé à la circonscription de Chambly pour la réalisation d’activités destinées aux aînés.Les projets retenus sont les suivants :• Centre communautaire l’Entraide Plus pour le maintien et adaptation de formations aux nouvelles technologies et poursuite d’une activité intergénérationnelle, pour un montant de 45 000 $;• Club Fadoq du Bassin de Chambly pour le maintien et adaptation des activités de loisirs, pour un montant de 3 042 $Lancé en septembre dernier, le PAAQ est un programme de soutien financier aux organismes pouvant contribuer à la pérennité de leurs activités destinées aux aînés, grâce à l’embauche de ressources humaines et à l’acquisition du matériel ou de l’équipement nécessaires à la réalisationde ces activités.Les activités soutenues doivent encourager la solidarité intergénérationnelle, la valorisation des aînés, leur participation sociale ou leur maintien dans leur communauté en toute sécurité.Citations :« Le contexte de la pandémie nous démontre une fois de plus toute l'importance de se donner les moyens pour mieux prendre soin de nos aînés. Chaque jour, des organismes d’ici, engagés auprès des personnes âgées, œuvrent afin de proposer des activités variées qui contribuent àbriser leur isolement et à les maintenir actifs, au sein de leur communauté. »Marguerite Blais, ministre responsable des Aînés et des Proches aidants« C’est un immense bonheur de vous annoncer que le Centre communautaire l’Entraide Plus et le Club Fadoq de Chambly obtiennent un soutien financier pour le maintien de leurs activités. Dans le contexte actuel, ces deux organismes effectuent une mission extrêmement importante auprèsde nos aînés. Je tiens d’ailleurs à remercier les membres de leurs équipes et les bénévoles ainsi que la ministre Blais pour son appui. »Jean-François Roberge, ministre de l’Éducation et député de ChamblyFaits saillants :Soulignons que dans l’ensemble du Québec, 105 demandes ont été retenues et se partageront un montant total de 3 330 092 $.Rappelons que l’appel de projets s’est déroulé du 10 septembre au 28 octobre 2020. L’aide financière maximale autorisée par ce programme est de 45 000 $, dont un maximum de 20 000 $ est autorisé pour l’acquisition de matériel ou d’équipement essentiels au déroulement des activités. L’aide est accordée pour une période maximale de 12 mois.La mise en œuvre du Programme Actions Aînés du Québec est l'une des mesures prévues au Plan d'action 2018-2023 découlant de la politique gouvernementale Vieillir et vivre ensemble, chez soi, dans sa communauté, au Québec pour soutenir les organismes engagés auprès des aînés.Lien connexe :Pour en savoir davantage ou pour consulter la liste des projets financés pour l’année 2020-2021 : Programme Action Aînés du Québec

26 janvier 2021

Radon : une nouvelle subvention et des appuis officiels liés à la problématique du radon sur le territoire

Radon : une nouvelle subvention et des appuis officiels liés à la problématique du radon sur le territoire

 Le conseil municipal a adopté lors de la séance du 25 janvier troisrésolutions entourant la problématique du radon.Afin d’aider les citoyens touchés par une problématique de radon dans leur demeure, la Ville deBeloeil offre une aide financière pour l’achat d’un dosimètre. Cette remise en argent vise à soutenir financièrement les propriétaires d’immeubles qui procèdent à l’acquisition d’un dosimètre aux fins de détection du radon. La remise accordée par la Ville au propriétaire de l’immeuble équivaut à 50 % du coût d’acquisition, incluant les taxes applicables, jusqu’à concurrence de 30 $. Seule l’acquisition d’un dosimètre homologué comme tel donne droit à la remise. Le règlement entrera en vigueur à la suite du conseil du 22 février et applicable pour les dosimètres acquis depuis le 1er janvier 2020. Le formulaire à compléter sera disponible dès le 23 février sur notre site Web.« Nous sommes conscients que le radon peut poser un risque pour la santé des citoyens. C’est pour cette raison que nous souhaitons aider les propriétaires qui ont des immeubles. Tous les citoyens de la Ville de Beloeil ont le droit de vivre dans un environnement sécuritaire et sain pour leur santé », souligne madame Diane Lavoie, mairesse de la Ville de Beloeil.Par ailleurs, la Ville a également adopté une résolution reconnaissant la problématique du radon et demande au gouvernement du Québec diverses mesures, telles que de modifier le Code de construction afin d’abaisser la concentration maximale, d’exiger un système de protection contre les gaz souterrains sur l’ensemble du territoire et de créer un programme d’aide financière destiné à aider les propriétaires à entreprendre les mesures correctives visant à abaisser la concentration de radon dans leur propriété.Finalement, le conseil a adopté une autre résolution dans ce dossier concernant l’engagement de la Ville de Beloeil dans la campagne provinciale Villes et municipalités contre le radon 2020-2021 de l’Association pulmonaire du Québec, consistant à mener des activités de prévention et de sensibilisation quant au danger que représente le radon.

Contact

  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Tous droits reservés © 2014 La télévision de la Vallée-du-Richelieu
Propulsé par 7Dfx