Économie

03 décembre 2020

Les Pôles régionaux réagissent à l’arrivée du Plan d’action gouvernemental en économie sociale (PAGES) 2020-2025 Ils saluent l’arrivée du plan et confirment leur collaboration pour sa mise en œuvre

Les 22 Pôles d’économie sociale du Québec, organisations entièrement dédiées au développement de l’économie sociale, ont accueilli le PAGES 2020-2025 avec enthousiasme, mais non sans quelques réserves relatives au financement de leur réseau. Ils tiennent à souligner la reconnaissance de l'économie sociale par le Ministère, qui met en lumière ce modèle économique comme levier de développement. La vingtaine de mesures mises de l’avant dans le Plan et l’investissement de 137 M$ assureront, entre autres, quelque 3 500 activités d’accompagnement et de financement adaptées aux entreprises collectives, ce qu’ils estiment fort louable. Les Pôles appuient les objectifs stratégiques et ambitieux du Plan ainsi que ses priorités : ● La réponse au défi démographique par les services à la personne et la reprise collective ; ● L’innovation et les technologies ; ● L’autonomie alimentaire ; ● L’économie circulaire et l’environnement. « On sent dans le discours de la ministre Proulx l’importance qu’elle accorde à l’économie sociale et ce, particulièrement dans ce contexte de relance économique et de transition sociale et écologique. Nous recevons donc positivement cette reconnaissance et ce désir du gouvernement de faire de l’économie sociale un joueur incontournable de notre économie future et ce, dans différents secteurs d’activité », mentionne l’entrepreneure, Julie Quimper, également présidente du Pôle d’économie sociale du Bas-St-Laurent.   Manque de leviers pour le développement de l’économie sociale Bien que la vision, les enjeux et les objectifs connaissent un bel accueil de la part des 22 Pôles régionaux du Québec, une grande déception accompagne le tout. En effet, on ne peut que constater l’ampleur du sous-financement pour l’accompagnement des collectivités par les Pôles. Pour André Richard, administrateur du Pôle Gaspésie Îles-de-la-Madeleine, il est difficile d’envisager soutenir les ambitions du PAGES avec 10 000 $ d’augmentation au financement de nos organismes par année. « C’est tout simplement inconcevable de vouloir et de pouvoir déployer les quatre rôles qui font la force distinctive de notre travail, avec une augmentation de financement qui ne couvre même pas l’indexation des salaires. Il y a des limites à faire toujours plus avec moins. De plus, cela cause une iniquité entre les différentes régions, qui n’ont pas toutes accès à d’autres sources de financement. Pour certains, ce financement ne permet même pas de consolider deux ressources pour leur région. Avec si peu de moyens, comment soutenir nos collectivités et nos entreprises? Nos organisations se fragilisent et, avec elles, tout le milieu de l’économie sociale. », précise l’entrepreneur.   Rappelons les quatre rôles des Pôles régionaux d’économie sociale :   - SOUTENIR l’émergence de l’économie sociale comme modèle entrepreneurial de développement territorial ; - RENFORCER les entreprises d’économie sociale ; - VALORISER l’économie sociale, ses principes et ses retombées sur le territoire ; - DÉPLOYER un écosystème de soutien fort.   Ces rôles se traduisent de différentes manières selon les dynamiques régionales. Les Pôles adaptent leurs stratégies d’intervention en fonction des besoins des territoires et des réalités des écosystèmes.   Les Pôles en mode collaboration Les 22 Pôles d’économie sociale souhaitent travailler en étroite collaboration avec le Ministère de l’Économie et de l’Innovation ainsi qu’avec tous les partenaires afin que le Plan d’action gouvernemental en économie sociale atteigne les résultats de ses ambitions. Ils demeurent cependant dans l’attente d’un financement conséquent.   À propos des Pôles d’économie sociale du Québec Présents dans toutes les régions du Québec, les Pôles d’économie sociale sont entièrement dédiés au développement de l’économie sociale sur leur territoire. Ils sont reconnus comme interlocuteurs privilégiés sur les questions de l’économie sociale au plan régional. Ils favorisent la concertation entre les différents acteurs de leurs milieux et soutiennent la création des conditions favorables à ce modèle entrepreneurial de développement. Ce faisant, ils participent à la vitalité et la diversification économique de leur territoire.

01 décembre 2020

Amendements au Projet de loi omnibus municipal L’UMQ demande aux parlementaires d’adopter le projet de loi 67 avant les Fêtes

Amendements au Projet de loi omnibus municipal L’UMQ demande aux parlementaires d’adopter le projet de loi 67 avant les Fêtes

L’Union des municipalités du Québec (UMQ) salue les amendements au projet de loi no 67, Loi instaurant un nouveau régime d’aménagement dans les zones inondables des lacs et des cours d’eau, octroyant temporairement aux municipalités des pouvoirs visant à répondre à certains besoins et modifiant diverses dispositions, déposés aujourd’hui par la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, madame Andrée Laforest. L’UMQ est satisfaite que le gouvernement du Québec enchâsse maintenant dans le projet de loi l’approche fondée sur le risque comme principe directeur du nouveau régime d’aménagement des zones inondables. « Si l’amendement est adopté tel quel, cette approche va permettre une adaptation de la planification urbaine à la réalité complexe des changements climatiques. Ainsi, on ne se basera plus seulement sur l’aléa et la récurrence pour prendre des décisions, mais bien sur l’exposition au risque. Cette modification a été demandée par l’UMQ lors des audiences publiques. C’est une excellente nouvelle! », a soutenu la présidente de l’UMQ et mairesse de Sainte-Julie, madame Suzanne Roy. Également, l’UMQ accueille favorablement l’amendement qui vise l’hébergement touristique de type Airbnb dans une résidence principale. « S’il est adopté, l’amendement permettra aux municipalités de conserver leur pouvoir d’interdire l’hébergement touristique de courte durée dans certaines situations et ainsi de répondre adéquatement aux attentes de quiétude de leur population. Cette modification au projet de loi est un gain majeur pour les municipalités, nous sommes très satisfaits », a ajouté Madame Roy. L’UMQ a profité de l’occasion pour demander aux parlementaires de toutes les formations politiques d’adopter le projet de loi d’ici les Fêtes. « Il faut mettre en œuvre dès que possible le nouveau régime sur les inondations. Sinon, on reporte en février ou mars prochain. On ne sera pas prêts pour les prochaines crues printanières. On a été très agiles collectivement depuis mars dernier. Maintenant, il faut maintenir notre capacité d’action », a souligné la présidente de l’UMQ. Le mémoire comprenant les recommandations intégrales proposées par l’UMQ dans le cadre de la commission parlementaire sur le projet de loi 67 est disponible en ligne sur son site Web. La voix des gouvernements de proximitéDepuis maintenant 100 ans, l’UMQ rassemble les gouvernements de proximité de toutes les régions du Québec. Sa mission est d’exercer un leadership fort pour des gouvernements de proximité autonomes et efficaces. Elle mobilise l’expertise municipale, accompagne ses membres dans l’exercice de leurs compétences et valorise la démocratie municipale. Ses membres, qui représentent plus de 85 % de la population et du territoire du Québec, sont regroupés en caucus d’affinité : municipalités locales, municipalités de centralité, cités régionales, grandes villes et municipalités de la Métropole.

23 novembre 2020

Prolongement des mesures sanitaires La FCCQ la CCIVR proposent au gouvernement un contrat moral avec les restaurateurs

Prolongement des mesures sanitaires   La FCCQ la CCIVR proposent au gouvernement un contrat moral avec les restaurateurs

Alors que le gouvernement propose un contrat moral aux Québécois pour le temps des Fêtes, la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) et la Chambre de commerce et d’industrie Vallée-du-Richelieu (CCIVR) souhaitent quant à elles lui offrir un contrat moral avec les restaurateurs. Après avoir consulté son réseau des chambres de commerce au cours des derniers jours, la FCCQ et la CCIVR présentent aujourd’hui des pistes de solution au gouvernement, afin d’aider les restaurateurs à pouvoir retrouver le plus rapidement possible leurs opérations. Le premier ministre, M. François Legault, a annoncé que les restaurants, les salles de spectacles et les salles d’entraînement situés en zone rouge resteront fermés jusqu'au 11 janvier prochain. Le gouvernement a par la même occasion autorisé les rassemblements familiaux pour quelques jours durant la période des Fêtes. Pourtant, les restaurants auraient pu représenter des lieux sécuritaires pour des réunions en famille, étant donné les nombreux investissements sur le plan sanitaire. « C’est un coup extrêmement dur pour plusieurs entreprises, non seulement sur leurs finances, mais aussi sur leur moral. Avec toutes les mesures prises par les restaurateurs, les rassemblements en nombre limité dans les établissements de restauration auraient pu se faire sans compromettre la santé publique », a déclaré Charles Milliard, président-directeur général de la FCCQ.« Nous comprenons que les chiffres actuels des cas de COVID-19 ne permettent pas un retour à la normale complet, mais les entreprises en restauration ont investi des sommes importantes pour l’aménagement de leurs espaces selon les meilleures normes sanitaires. Cette annonce signe un nouveau coup dur pour l’industrie, et nous craignons des dégâts trop importants. En effet, de nombreuses entreprises de la Vallée-du-Richelieu risquent de ne jamais se relever face à ces longs mois de fermetures successives », a ajouté Me Marie-Claude Duval, présidente du conseil d’administration de la CCIVR.Un cri du cœur de la communauté des affaires« La communauté d’affaires, autant dans les villes qu’en région, pousse un cri du cœur devant la crainte de voir plusieurs commerces disparaître en raison de cette nouvelle fermeture prolongée. Les entreprises ont suivi toutes les consignes depuis le tout début de la pandémie. Elles ont fermé une première fois, ont investi pour adapter leur commerce, ont refermé temporairement et maintenant, on repousse encore une fois leur réouverture. On ne peut rester insensible à la réalité que ces entreprises rencontrent. Tout en demeurant vigilant sur les pratiques de santé publique, selon nous, le gouvernement devrait préparer le terrain à la réouverture des restaurants, et envoyer des signaux en ce sens aux entrepreneurs en restauration ainsi qu’à la population », a ajouté M. Milliard.Propositions pour sauver le milieu de la restauration Le gouvernement a posé des gestes pour aider les restaurateurs, notamment avec les mesures d’allègements réglementaires pour autoriser les livraisons d’alcool par des tiers, mais force est de constater que ce ne sera pas suffisant. La FCCQ et la CCIVR soumettent donc au gouvernement d’autres pistes de réflexion pour aider les restaurateurs ainsi que des demandes de la communauté d’affaires : • Durant le temps des Fêtes, soit lors de la période du 24 au 27 décembre, offrir la possibilité aux restaurateurs d’accueillir un nombre restreint de personnes dans leurs salles à manger. • Lorsque la courbe des cas/décès sera sur une pente descendante, s’assurer que l’annonce de la réouverture des opérations en salles à manger des restaurants ait lieu dès que possible, afin de permettre un délai raisonnable aux restaurateurs pour se préparer. • Au moment de la réouverture des opérations en salles à manger, les restaurants pourraient limiter la fréquentation à un nombre restreint de leur capacité actuelle, suffisamment intéressant sur le plan financier pour reprendre leurs opérations et en fonction de leur réalité régionale. • Pour l’avenir, éviter de retourner dans une fermeture complète des salles à manger. Une ouverture avec un nombre restreint de clients, tout en appliquant des mesures de protection de la santé publique serait une meilleure avenue étant donné les conséquences sur les emplois et la chaîne d’approvisionnement des restaurateurs. • Reporter les remises de TPS et TVQ sur les ventes faites par les restaurants, bars et autres entreprises visées par des fermetures forcées, jusqu’au 30 juin 2021.• Pénaliser plus sévèrement les restaurants et tenanciers de bar qui n’appliquent pas les règles de santé publique.• Inclure dans les campagnes d’achat local un volet spécifique pour encourager les restaurants, bars, gyms et autres établissements fermés en zone rouge, et redonner confiance à la clientèle.• En plus des gens qui ont survécu à la COVID-19, recourir aux employés en restauration dans les prochaines campagnes de sensibilité du gouvernement du Québec quant au respect des normes de santé publique, puisque ceux-ci subissent les impacts de cette crise et que le message véhiculé serait puissant. • Tenir compte des particularités régionales qui créent des situations inéquitables (par exemple : les restaurateurs de Gatineau sont fermés, mais voient leurs clients fréquenter les bars et restaurants d’Ottawa. La situation est la même pour les régions limitrophes des Laurentides, notamment).« Il y a environ 21 000 établissements en restauration au Québec qui sont dans l’incertitude. Il y a des réalités régionales différentes et des solutions mur à mur sont difficilement envisageables. On comprend le défi pour le gouvernement du Québec de répondre à ces préoccupations. Seulement, il serait nécessaire qu’il envoie des signaux positifs à cette industrie, pour une reprise à court terme. Il faut travailler dès maintenant à un scénario de reprise des opérations en restauration au 11 janvier 2021, avec un nombre restreint en salle à manger, car un report au-delà de cette date aurait des conséquences encore plus dévastatrices sur l’industrie », a conclu Charles Milliard. À propos de la CCIVRLa Chambre de commerce et d’industrie Vallée-du-Richelieu est un regroupement de gens d’affaires comptant près de 400 membres au sein de son réseau. La CCIVR travaille au bien-être économique, civique et social de ses membres et de la population de la région ainsi qu’au développement de leurs ressources. À propos de la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) Grâce à son vaste réseau de 130 chambres de commerce et 1 100 membres corporatifs, la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) représente plus de 50 000 entreprises exerçant leurs activités dans tous les secteurs de l’économie et sur l’ensemble du territoire québécois. Plus important réseau de gens d’affaires et d’entreprises du Québec, la FCCQ est à la fois une fédération de chambres de commerce et une chambre de commerce provinciale. Ses membres, qu’ils soient chambres ou entreprises, poursuivent tous le même but : favoriser un environnement d’affaires innovant et concurrentiel.

03 décembre 2020

4 LAURÉATS DANS LE CADRE DU CONCOURS DE PITCH DE MONTÉRÉGIE, NOTRE GARDE-MANGER

4 LAURÉATS DANS LE CADRE DU CONCOURS DE PITCH  DE MONTÉRÉGIE, NOTRE GARDE-MANGER

C’est durant un Facebook Live que les équipes participantes au parcours collectif d’incubation Montérégie, NOTRE garde-manger ont pu connaître qui remportait les cinq (5) différentes bourses offertes dans le Concours de pitch. Après un parcours de près d’un an, les équipes participantes ont pu clore leur expérience avec un concours de pitch présenté en capsules vidéo. Ces vidéos ont été soumis au vote du public durant le Mois de l’économie sociale, soit du 10 au 25 novembre. Le 30 novembre, 4 lauréats des 7 projets participants au parcours, se sont mérité une bourse allant de 500$ à 2 000$. • Bourse du MAPAQ – Projet le plus inspirant : Alternative Aliment-Terre (2 000$)• Bourse de la Caisse d’économie solidaire – Meilleur pitch : Groupe d’achats de la MRC d’Acton (2 000$)• Bourse d’implication – Équipe la plus engagée : Alternative Aliment-Terre (1 000$)• Bourse Coup de cœur du public : Éduquer, du potager à la table (500$)• Bourse Coup de cœur du jury : Épicerie communautaire Le GEST (accompagnement par L’ILOT pour le développement de leur projet) Alexandra De Serres, chargée de projet pour Alternative Aliment-Terre et lauréate de 2 bourses déclare : « Nous sommes vraiment fébriles et tellement heureuses! Un beau baume sur le cœur en cette période un peu grise. Merci à l'ensemble des personnes qui ont collaborées durant le parcours. Vous avez fait évoluer et grandir notre idée en nous questionnant, nous outillant et nous offrant la possibilité d'explorer dans la bienveillance les différentes facettes de notre projet. » Les projetsLe parcours a tout d’abord accueilli 13 équipes en novembre 2019. Malheureusement, avec la pandémie, certaines équipes ont dû quitter le parcours au moment de reprendre les ateliers mis sur pause de mars à septembre 2020. Nous tenons à souligner le travail et la persévérance des 7 équipes qui ont continué jusqu’à la fin. • Alternative Aliment-Terre – MRC de Rouville, Haut-Richelieu et Vallée-du-Richelieu• Coopérative Le terroir solidaire – MRC de Brome-Missisquoi• Écopicerie – MRC de Pierre-De Saurel• Éduquer, du potager à la table – MRC de la Haute-Yamaska• Épicerie communautaire Le GEST – MRC de Pierre-De Saurel• Groupe d’achats d’Acton – MRC d’Acton• Récolte - Marché agroalimentaire – MRC de la Vallée-du-Richelieu À propos de l’EspaceLab | Montérégie, NOTRE garde-mangerMontérégie, NOTRE garde-manger était un projet-pilote de l’EspaceLab, un parcours collectif d’incubation se présentant sous diverses thématiques au fil des éditions. Ce parcours permet à des promoteurs (citoyens, étudiants, organismes, entreprises, institutions, etc.), qui ont des idées de projets ou qui veulent développer ou consolider leur entreprise, d’être accompagnés pour passer rapidement de l’idée à l’action collective. L’équipe du Pôle de l’entrepreneuriat collectif de l’Est de la Montérégie accompagne les équipes sélectionnées dans le développement de leur projet. Chaque étape de ce parcours de plusieurs mois, a été établie afin d’offrir les meilleures chances de réussite à tous les projets. La prochaine édition de l’EspaceLab sous la thématique En mode (Ré)Activation débutera par un appel de projets du 15 décembre au 25 janvier prochain. À propos du Pôle de l’entrepreneuriat collectif de l’Est de la MontérégiePrésent dans les 9 MRC de la Montérégie-Est, le Pôle de l’entrepreneuriat collectif a pour objectif d’assurer la promotion et de favoriser le développement de l’économie sociale sur l’ensemble du territoire. En facilitant la concertation et en établissant des partenariats entre les acteurs locaux et régionaux, le Pôle vise à assurer le plus grand rayonnement possible de l’économie sociale dans l’Est de la Montérégie.

01 décembre 2020

Déclaration de la FCEI en réaction à l’énoncé économique du gouvernement fédéral

Déclaration de la FCEI en réaction à l’énoncé économique du gouvernement fédéral

Dans le cadre de l’Énoncé économique de l’automne 2020 du gouvernement fédéral, la ministre des Finances, Chrystia Freeland, a annoncé le 30 novembre dernier, des mesures importantes pour les petites et moyennes entreprises (PME) du pays. La Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) souligne notamment que : Le taux maximal de la Subvention salariale d’urgence du Canada (SSUC) sera augmenté à 75 % jusqu’en mars 2021.Les taux actuels de la SSUC et de la Subvention d’urgence du Canada pour le loyer (SUCL) seront prolongés jusqu’à la mi-mars 2021. Le Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes (CUEC) est prolongé jusqu’au 31 mars 2021.Le complément de prêt de 20 000 $ offert par le CUEC s’appliquera également au Fonds d’aide et de relance régionale (FARR).Un programme de crédit pour les secteurs très touchés par la pandémie est introduit. Ces changements significatifs apportés aux principaux programmes d’aide fédéraux vont permettre aux PME de mieux planifier les mois à venir, malgré l’incertitude actuelle. Ce sont certes de bonnes nouvelles, mais il faut signaler que le gouvernement fédéral n’a malheureusement pas saisi l’occasion de cet énoncé économique pour élargir l’aide aux PME qui tombent entre les mailles du filet, comme les entreprises en démarrage. Par ailleurs, de nombreux propriétaires d’entreprise attendent toujours de savoir quand ils pourront faire la demande de prêt supplémentaire offert dans le cadre du CUEC pour bénéficier des 20 000 dollars de plus dont 10 000 $ peuvent être convertis en subvention. Augmentation des impôts prévue le 1er janvier Dans un contexte déjà difficile, la FCEI est également inquiète de l’augmentation des cotisations au Régime de Pension du Canada (RPC) et au Régime des Rentes du Québec (RRQ) prévues dès le 1er janvier 2021. Concrètement, cela signifie que tous les travailleurs verront leurs charges sociales bondir de 3,8 % pour le RPC et de 3,5 % pour le RRQ. Cela veut aussi dire que pour les employés qui gagnent 60 000 $ ou plus, l’employeur et l’employé verront leurs cotisations bondir de plus de 9 % pour le Canada et de 8,9 % pour le Québec. À cela s’ajoute aussi l’augmentation de la taxe fédérale sur le carbone prévue en 2021. Nous demandons au gouvernement de reporter l’augmentation de ces taxes dans les jours qui viennent. La FCEI souhaite continuer à travailler avec le gouvernement fédéral pour faire en sorte que toutes les PME puissent avoir accès au soutien économique dont elles ont besoin afin de passer à travers la tempête. Jasmin Guénette, viceprésident des affaires nationales à la FCEI. À propos de la FCEILa FCEI (Fédération canadienne de l’entreprise indépendante) est le plus grand regroupement de PME au pays, comptant 110 000 membres dans tous les secteurs d’activité et toutes les régions. Elle vise à augmenter les chances de succès des PME en défendant leurs intérêts auprès des gouvernements, en leur fournissant des ressources personnalisées et en leur offrant des économies exclusives. Visitez fcei.ca pour en savoir plus.

12 novembre 2020

CONCOURS LA GRANDE VIRÉE DES FÊTES Plus de 10 000 $ en prix à gagner!

CONCOURS LA GRANDE VIRÉE DES FÊTES Plus de 10 000 $ en prix à gagner!

Dans le cadre de sa campagne d’achat local Choisir local, c’est gagnant, la Chambre de commerce et d’industrie Vallée-du-Richelieu (CCIVR) organise un concours visant à encourager la population à choisir local pour tous ses achats des Fêtes.Le concours se tient du 8 novembre au 20 décembre 2020 et offre plus de 10 000 $ en prix à gagner. Toute la population est invitée à participer au concours en trois étapes simples :1. Magasiner* dans les commerces locaux (en magasin ou en ligne)2. Se rendre au choisirlocalcestgagnant.com/concours3. Compléter le formulaire et envoyer une photo de leur facture Grand tirage le 21 décembre à 19hBien que des boîtes de surprises locales seront tirées chaque semaine parmi les participants, le grand tirage aura lieu le 21 décembre 2020 à 19h à la Maison Villebon à Beloeil et sera diffusé en direct sur la page Facebook @choisirlocalcestgagnant. Plus de 10 000 $ en prix à gagnerGrâce aux généreux partenaires du concours, les prix sont :• 2000 $ en Coffrets Prestige, offert par Coffrets Prestige et Lepelco• Téléviseur LG intelligent 65 pouces (valeur de 2000 $), offert par Germain Larivière• Ordinateur portable et accessoires (valeur de 1200 $), offert par Buropro Citation• 1000 $ d’épicerie chez Metro Plus Famille Riendeau, offert par Metro Plus Famille Riendeau• 1000 $ en chèque-cadeau local, offert par Choisir local, c’est gagnant• 1000 $ en chèque-cadeau vins et restaurants, offert par Brodeur & Létourneau CPA• Barbecue Weber (valeur de 700 $), offert par BMR Matco Beloeil• Vélo hybride (valeur de 650 $), offert par la Financière Banque Nationale, équipe D’Astous Denis• 10 boites de surprises locales (valeur de 60 $ chacune), offertes par Choisir local, c’est gagnantLa CCIVR peut également compter sur le soutien de L’Oeil Régional et TVR9 pour la diffusion de ce concours.  À propos de Choisir local, c’est gagnantLa campagne Choisir local, c’est gagnant vise à faire rayonner les entreprises et commerces de la Vallée-du-Richelieu et à sensibiliser la population à l’importance de l’achat local. Cette campagne est une initiative de la CCIVR réalisée avec la participation financière de la MRC de la Vallée-du-Richelieu. À propos de la CCIVRLa Chambre de commerce et d’industrie Vallée-du-Richelieu est un regroupement de gens d’affaires comptant près de 400 membres au sein de son réseau. La CCIVR travaille au bien-être économique, civique et social de ses membres et de la population de la région ainsi qu’au développement de leurs ressources. *Aucun achat requis. Détails et règlements au choisirlocalcestgagnant.com/concours

03 décembre 2020

La santé mentale des dirigeants de PME est mise à mal en temps de pandémie : l’achat local peut remonter leur moral

La santé mentale des dirigeants de PME est mise à mal en temps de pandémie : l’achat local peut remonter leur moral

Selon les toutes dernières données de sondage de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI), près de la moitié des propriétaires de PME au Canada ont connu des problèmes de santé mentale à cause de la COVID-19 et 43 % travaillent beaucoup plus d’heures qu’avant. Au Québec, ce sont près du tiers des dirigeants de PME qui ont connu des problèmes de santé mentale et près de deux entrepreneurs sur cinq qui font plus d’heures qu’avant le début de la pandémie. « Beaucoup de gens sont très stressés en ce moment, et les propriétaires d’entreprise ne font pas exception. Pour bon nombre d’entre eux, c’est normalement la période de l’année qui leur permet de rester à flot. Mais cette année, la plupart sont très loin de leurs niveaux de ventes normaux alors même que cette période est cruciale pour leur survie », affirme François Vincent, vice-président Québec à la FCEI. Partout au Canada, le magasinage des Fêtes a démarré très lentement pour les PME, comme en témoignent les nouvelles données du Tableau de suivi de la santé des PME publié par la FCEI : 62 % des PME sont complètement ouvertes (66 % le mois dernier)41 % ont retrouvé tous leurs employés (42 % le mois dernier)29 % seulement enregistrent à nouveau des ventes normales (28 % le mois dernier)Au Québec, les résultats sont les suivants : 63 % des PME sont complètement ouvertes (69 % le mois dernier)44 % ont retrouvé tous leurs employés (46 % le mois dernier)30 % seulement enregistrent à nouveau des ventes normales (32 % le mois dernier)Il est encore temps de sauver la période des fêtes pour les petites entreprises La FCEI encourage vivement les consommateurs à privilégier les PME, chaque fois que c’est possible, pendant la saison des Fêtes. Chaque geste compte. C’est pourquoi dans le cadre de sa campagne #JechoisisPME, la FCEI lance un calendrier de l’avent spécial PME pour encourager l’achat local. Tous les jours, les consommateurs pourront y découvrir de nouvelles idées pour soutenir les PME. Pour y accéder, il suffit de se rendre à www.jechoisispme.ca. « Cette année, partout au pays, de nombreuses personnes vont passer les Fêtes loin de leurs proches. Dans ce contexte, il est important de créer un sentiment d’appartenance à notre communauté locale. Nous avons besoin de sentir que nous sommes liés les uns aux autres et nous devons trouver une manière de maintenir ce lien privilégié. Soutenir l’achat local est une façon d’y arriver. Faisons-nous le cadeau de l’achat local. Il y a plein de façon de le faire : on peut acheter en ligne ou ramasser notre commande en bordure de rue. C’est comme cela qu’on pourra faire une différence dans la vie de tous les propriétaires de PME et dans celle de leurs employés. C’est également de cette manière qu’on pourra les remercier pour le travail colossal qu’ils accomplissent et qui permet de maintenir la vie dans nos quartiers », conclut M. Vincent. Source des données FCEILes données présentées ici sont les résultats préliminaires d’un sondage en ligne de la FCEI, La reprise après la COVID-19 – novembre 2020, auquel 4 577 membres FCEI ont répondu depuis le 20 novembre. À titre de comparaison, pour un échantillon probabiliste ayant un nombre égal de répondants, la marge d’erreur serait de plus ou moins 1,4 %, 19 fois sur 20. À propos de #JechoisisPMELa campagne #JechoisisPME encourage l’achat local, promeut des initiatives visant à soutenir les PME et leur fournit des affiches et divers outils pratiques. Elle est parrainée par la Banque Scotia, Services aux commerçants Chase, eBay Canada, Intuit Canada et Interac Corp. Si vous souhaitez devenir commanditaire média, veuillez contacter marketing@fcei.ca. À propos de la FCEILa FCEI (Fédération canadienne de l’entreprise indépendante) est le plus grand regroupement de PME au pays, comptant 110 000 membres dans tous les secteurs d’activité et toutes les régions. Elle vise à augmenter les chances de succès des PME en défendant leurs intérêts auprès des gouvernements, en leur fournissant des ressources personnalisées et en leur offrant des économies exclusives. Visitez fcei.ca pour en savoir plus.

26 novembre 2020

Baromètre des affairesMD : la période des Fêtes s’annonce morose pour les PME cette année

 Baromètre des affairesMD : la période des Fêtes s’annonce  morose pour les PME cette année

Alors que le temps des Fêtes est à nos portes, la confiance des propriétaires de petites et moyennes entreprises (PME) est toujours au neutre. Au Canada, l’indice de confiance du Baromètre des affairesMD de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) a augmenté d’environ 2 points (55,7*) en novembre, mais il demeure très en dessous des niveaux relevés cet été. Les perspectives des PME sur trois mois sont aussi nettement plus faibles (35,2). « Les propriétaires d’entreprise ne peuvent pas se permettre en ce moment de se projeter et de faire des plans à long terme, surtout dans les régions où de nouvelles restrictions gouvernementales sont en vigueur. Les PME canadiennes ne fonctionnent toujours qu’à 70 % de leur capacité en moyenne, et cela ne s’est pas du tout amélioré depuis cet été », signale François Vincent, vice-président Québec à la FCEI. Quant aux plans d’embauche, ils sont en grande partie inchangés : 24 % des répondants envisagent de réduire leurs effectifs à temps plein au cours des trois prochains mois, contre seulement 11 % qui envisagent de recruter. D’une manière générale, ils sont 27 % à estimer que leurs affaires vont mal et 30 % à penser le contraire. Résultats provinciaux : le Québec et l’Île-du-Prince-Édouard restent à la traîne Les deux provinces les plus moroses ce mois-ci sont l’Île-du-Prince-Édouard (42,0) et le Québec (44,3). Suivent Terre-Neuve-et-Labrador et l’Alberta, à 46,6 et 48,9, respectivement. La Colombie-Britannique (62,0), l’Ontario (60,3) et la Saskatchewan (59,0) affichent les plus hauts niveaux d’optimisme, et au New Brunswick (52,3), au Manitoba (52,7) et en Nouvelle-Écosse (57,4), l’indice se situe à quelques points de la moyenne nationale. Lorsque l’indice varie entre 65 et 70, cela signifie normalement que l’économie tourne à plein régime. Résultats sectoriels : le secteur de l’hébergement/la restauration est le plus pessimiste de tous Les entreprises du secteur de l’hébergement/la restauration sont les moins optimistes (48,6) ce mois-ci. Leur taux d’utilisation des capacités (50,4 %) est très en deçà de la moyenne de tous les secteurs et dépasse de peu celui du secteur des arts et loisirs (42,1 %). Le niveau de confiance est le plus élevé dans les secteurs des services de santé (60,8) et des services professionnels (60,1). Lisez le Baromètre des affairesMD de novembre. Les résultats de novembre 2020 s’appuient sur 984 réponses recueillies auprès d’un échantillon aléatoire stratifié de membres FCEI dans le cadre d’un sondage par Internet à accès contrôlé. *Les données se fondent sur les réponses reçues du 2 au 16 novembre. Les résultats sont exacts à +/- 3,1 points de pourcentage, 19 fois sur 20. À propos de la FCEILa FCEI (Fédération canadienne de l’entreprise indépendante) est le plus grand regroupement de PME au pays, comptant 110 000 membres dans tous les secteurs d’activité et toutes les régions. Elle vise à augmenter les chances de succès des PME en défendant leurs intérêts auprès des gouvernements, en leur fournissant des ressources personnalisées et en leur offrant des économies exclusives. Visitez fcei.ca pour en savoir plus.

Contact

  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Tous droits reservés © 2014 La télévision de la Vallée-du-Richelieu
Propulsé par 7Dfx